tensioactifs

    Shampoing, sulfates et tensioactifs : tout ce que vous devez savoir

    13/10/2018

    tensioactifs

    Depuis quelques années, de plus en plus de monde en parle, de la presse spécialisée en passant par les blogueuses beauté, ce sujet fait des émules. Tout le monde a son avis sur les sulfates ! Ce composant, appelé aussi tensioactif, est devenu la bête noire de nos shampoings. Mais savez-vous réellement pourquoi ? Pourquoi le déconseille-t-on lorsque l’on porte un lissage, pourquoi certains tensioactifs sont-ils bannis des référentiels en cosmétiques biologiques ? À travers cet article, je vous propose de le découvrir et de vous apprendre tout ce que vous devez savoir sur ce composant! 

    Vous le savez, pour des cheveux en bonne santé, un des gestes les plus importants est le choix de votre shampoing. Selon ce qu’il contiendra il aura un effet positif ou négatif sur votre cuir chevelu. Car oui, ce qui détermine la nature de vos cheveux est bien le cuir chevelu. Un cuir chevelu recevant des soins non-adaptés va souffrir de pellicules, de démangeaisons, va être sec ou gras. Et très souvent c’est le composant qui nous intéresse qui met à mal notre cuir chevelu : le tensioactif. Mais avant de rentrer dans les détails voyons ce qu’est concrètement un shampoing. 

    Le shampoing est majoritairement composé d’eau (40 à 60%), de sulfate et d’épaississants (agents de texture), cette formule représente 90% de celui-ci. Les 10% restant constituent les actifs, comme les extraits végétaux par exemple. Vous aurez constaté que les tensioactifs viennent en seconde position dans la formule, ce qui veut tout simplement dire que c’est le second ingrédient le plus important après l’eau, une raison plus que légitime pour le décortiquer. 

    Que sont les tensioactifs ? 

    Un tensioactif est un composant utilisé pour ses fonctions combinées d’agent moussant, d’agent nettoyant et d’agent émulsifiant (qui permet de fusionner les composants gras et les composants aqueux). Il existe des tensioactifs très agressifs (les sulfates) et des tensioactifs beaucoup plus doux. Mais force est de constater que la majorité des soins capillaires vendus dans les rayons de nos supermarchés et donc consommés par le plus grand nombre contiennent les tensioactifs les plus agressifs.

    Vous l’aurez compris certains tensioactifs sont bien trop irritants pour nettoyer notre cuir chevelu au quotidien. Ces derniers, détruisent un lipide essentiel au bon équilibre de notre cuir chevelu : le sébum. Lorsque celui-ci est détruit de manière agressive, il est naturellement reproduit en plus grande quantité par la peau du cuir chevelu, afin de reformer le film protecteur et ainsi restaurer l’équilibre.

    C’est comme ça que naissent les problèmes de cuir chevelu gras et de longueurs sèches par exemple. Agressé, le cuir chevelu produit du sébum en quantité et donne cette sensation de racines « grasses » entre chaque shampoing. Parallèlement les cheveux sur les longueurs étant une matière « morte », ils ne peuvent pas produire de sébum pour se protéger et sont continuellement décapés jusqu’à devenir secs et rêches. Les sulfates peuvent également être à l’origine d’irritations du cuir chevelu et ainsi provoquer des démangeaisons et/ou desquamation (pellicules). Il est donc essentiel de choisir un shampoing sans ce type de tensioactifs afin d’avoir des cheveux en bonne santé. A terme cela vous permettra même d’espacer vos lavages au maximum !

    Maintenant que vous avez compris pourquoi les bannir, je vais vous donner quelques pistes afin de les reconnaître et les éviter dans vos shampoings 😉. 

    Les tensioactifs tous agressifs ? 

    J’ai classé les tensioactifs en 3 catégories distinctes, allant des plus irritants ou plus doux : 

    • Les tensioactifs les plus irritants : les tensioactifs anioniques ou sulfatés

    Ce sont les sont les plus présents dans nos shampoings, car ils sont peu coûteux et très moussant. Mais oui vous savez, les fameux SLS (Sodium Laureth et Sodium Laureth Sulfate) au coeur de toutes les polémiques. Si ces ingrédients sont si problématiques c’est parce qu’en plus d’être utilisé dans nos shampoings pour dissoudre les corps gras, sont utilisés dans le domaine du nettoyage industriel, pour leurs propriétés détergentes. Hum, des détergents pour laver nos cheveux… Bof non ?

    Voici sous quels noms vous pourrez les identifier : Sodium Laureth Sulfate, Sodium Lauryl Sulfate, Laureth 12-sulfate de sodium, Sodium Myreth Sulfate, Sodium Oleth Sulfate, Sodium Coco Sulfate (*), Sodium Coceth Sulfate, Sodium Cetearyl sulfate

    • Les tensioactifs moyennement irritants : ammonium quaternaire et bétaïne

    Les tensioactifs considérés comme irritants modérés sont décomposés en deux catégories et sont des homologues/remplaçants des sulfates. Les premiers sont issus des sels ou de la matière brute de l’Ammonium Quaternaire, une substance issue de la pétrochimie. Ces substances représentent une nocivité certaine pour l’écosystème aquatique (poissons, algues marines et les micro-organismes). Attention, ces tensioactifs sont souvent présents dans les shampoings portant l’allégation « sans sulfates ».

    Voici sous quels noms vous pourrez les identifier : Ammonium Laureth Sulfate, Ammonium Lauryl Sulfate (*), Ammonium Sulfate.

    Ensuite il y a ceux issus de la Bétaïne, fréquemment utilisé en cosmétique Bio. Le Cocamidopropyl betaine le plus couramment utilisé, est très souvent mentionné comme un tensioactif extrait de l’huile de Coco, oui mais pas uniquement. Il est également mélangé à de la Diméthylaminopropylamine, une substance chimique issue de la pétrochimie. Ce mélange fait appel à un procédé polluant pour l’environnement. La Bétaïne quant à elle, est extraite de la canne à sucre ou de la betterave lorsqu’elle est d’origine végétale. Toutefois, elle fait également partie des composés de l’Ammonium Quaternaire.

    Voici sous quels noms vous pourrez les identifier : Cocamidopropyl betaine, Coco betaine, Cocamidopropyl betainamide MEA chloride, Cocamidopropylamine oxyde, Capryl/Capramidopropyl Betaine, Babassuamidopropyl betaine, Betaine

      (*) Ingrédient autorisé dans les référentiels bio

    • Les tensioactifs non-irritants : sucre et acides aminées 

    Les tensioactifs les plus doux sont issus de molécules de sucres ou d’acides aminées. Il sont considérés comme « physiologiques » et donc très respectueux de la peau et de l’environnement. Ces tensioactifs doux sont moins moussant, ce qui ne leur enlève pas leur capacité à nettoyer le cuir chevelu et les cheveux soyez rassuré.es. Malheureusement ils sont, sans suprise, plus coûteux pour les laboratoires. On retrouve régulièrement cette famille de tensioactifs dans les produits naturels et/ou biologiques.

    Voici sous quels noms vous pourrez les identifier : Decyl glucoside, Disodium coco-glucoside citrate, Sodium coco-glucoside tartrate, Coco glucoside, Caprylyl/Capryl glucoside, Caprylyl glucoside, Cetearyl glucoside, Lauryl glucoside, Disodium cocoyl glutamate, Sodium cocoyl glutamate, Sodium cocoyl isethionate, Sodium methyl cocoyl taurate, Sodium Lauroyl sarcosinate.

    Souvent, vous retrouverez dans les shampoings plusieurs familles de tensioactifs. Par exemple on peut adoucir le Sodium Laureth Sulfate en ajoutant une dose assez importante de Decyl Glucoside. Seulement, le manque de transparence en ce qui concerne le pourcentage utilisé dans les compositions ne permet pas de savoir si le couplage des deux a une réelle efficacité ou non. Vous imaginez bien qu’ajouter 10% d’un tensioactif très doux pour 90% de tensioactif irritant ne sert pas à grand chose. Mon conseil est de bannir complètement les tensioactifs les plus agressifs et d’essayer au maximum de préconiser les tensioactifs les plus doux. Et cela concerne les shampoings comme les gels douche ou même les dentifrices. 

    En vous tournant vers des cosmétiques naturels et/ou biologiques un premier gros tri est fait mais vous avez pu constater que certain tensioactif irritants ou moyennement irritants sont accepté par les référentiels bio. À vous d’analyser les compositions à la loupe pour être sûr.es de faire le bon choix. Et pour faciliter celui-ci, vous trouverez juste en dessous une petite liste à télécharger et à conserver dans votre smartphone afin de la dégainer quand le besoin se fait sentir 😉. 

    J’espère que cet article vous aura plu, on se retrouve bientôt pour un nouveau billet sur les composants et leurs secrets.

    Retrouvez Alexandrine et ses analyses cosmétiques sur Instagram ici. 

    tensioactifs agressifs

    Partager: