Billet de grossesse #1 : instinct maternel et choix écologiques

Billet de grossesse #1 : instinct maternel & écologie

15/05/2019

Si vous me suivez sur Instagram (@takeitgreen), vous êtes ici suite à l’annonce de ma grossesse et si vous arrivez par hasard et bien sachez que je suis enceinte haha ! À (presque) 29 semaines, j’ai décidé de partager avec vous cette aventure à la fois excitante et inconnue puisque c’est mon premier enfant et que je découvre tout ou presque semaine après semaine. Je n’ai pas l’habitude de raconter ma vie sur les réseaux sociaux et je vous avoue que j’ai longtemps hésité à parler de ma grossesse de façon public à des centaines de personnes. Mais le fait est que cela change énormément de chose à mon quotidien et cela apporte une nouvelle dimension à tout ce que je fais et consomme. Et finalement apporter un peu de mon expérience de « mama to be » naturelle peut en aider plus d’une alors pourquoi pas. J’ai pas mal d’idée pour ces billets de grossesse, j’ai surtout envie de vous parler de mon expérience émotionnelle mais également des petites astuces naturelles qui m’accompagnent depuis un peu plus de 6 mois maintenant. Ne comptez pas sur moi pour vous montrer mes échographies, pour vous raconter comment je l’ai annoncé au papa ou tout autre question qui relève du domaine de ma vie privée, ce n’est pas du tout mon genre et ce n’est pas prêt de changer 😉. Alors si mon aventure émotionnelle à la sauce écologique et naturelle vous intéresse, j’espère que ces billets de grossesse vous plairont. Aujourd’hui je vais me concentrer sur l’avant-grossesse. J’ai envie de vous parler de deux problématiques qui m’ont souvent poussé à me questionner quant au choix de faire un enfant : mon impression de ne pas avoir l’instinct maternel et mes convictions écologiques.

Ai-je l’instinct maternel ? 

Je n’ai jamais été une personne attirée par les enfants. Je n’ai absolument aucune affinité avec eux et ils me le rendent bien puisque, en général, ils ne sont pas attirés par moi ! Même si c’est un peu grossier de dire ça je n’aime que les enfants de mon entourage. Cependant, je savais vouloir des enfants un jour, mais cette pensée ne se matérialisait que par des « visions » de moi dans le futur. À 29 ans je n’ai, je pense, jamais ressenti quelconque besoin physique, je n’ai pas entendu sonner cette fameuse alarme biologique. Pendant la première moitié de ma vingtaine, j’étais bien trop carriériste pour accorder du temps à un potentiel enfant. Fraîchement diplômée d’une école de commerce à 23 ans, j’avais d’autres projets en tête.

Au fur et à mesure de ma transition vers un mode de vie plus écologique, plus naturel et finalement plus simple, après avoir trouvé la personne avec qui je partage ma vie aujourd’hui et avançant doucement vers ma trentaine, j’ai commencé à envisager le fait de devenir mère, sans urgence, mais de façon peut être un peu plus concrète. Je vous avoue m’être toujours demandée si j’avais l’instinct maternel. Est-ce qu’une femme qui n’avait pas spécialement d’affinités avec les enfants pouvait être une bonne mère ? En discutant de cette problématique avec deux amies en particulier, qui elles sont maman, je me suis rendu compte que je n’étais pas la seule dans ce cas. Finalement on pouvait être une maman qui déchire, aimer son enfant sans pour autant être émue à la vue de tous les bébés de la planète. Ouf !

Je dois vous dire que les premières semaines de ma grossesse, cette pensée à été plus que réconfortante. Je ne suis pas quelqu’un de très sentimentale et j’avais beaucoup de mal à me sentir connectée à ce petit être qui se développait dans mon utérus (je vous parlerai de mon premier trimestre de grossesse dans un prochain billet). Finalement avec le temps et surtout via les changements physiques, je pense voir se développer ce fameux instinct et des sentiments (#momentcheesy)et ça me rassure. Donc si comme moi vous n’avez pas de feeling particulier avec les enfants, ne vous inquiétez pas, ça fini -normalement- par arriver. Et puis on m’a fait une remarque pertinente sur le fait que je traitais mes 4 chats comme une maman poule et que je devais probablement avoir un certain instinct maternel pour m’en occuper avec autant d’attention 😅.

Mes convictions écologiques sont-elles compatibles avec le fait d’avoir un enfant ? 

Fondamentalement non. C’est un fait que je reconnais. Je suis consciente de l’impact d’un enfant sur la planète et de la pollution qu’il engendre, je suis consciente de l’état de nos ressources et de l’effondrement probable de notre système vers lequel nous nous dirigeons. Et même si très souvent je ne suis pas dans mon assiette quand je vois les conséquences du réchauffement climatique, il était inconcevable pour moi (et pour mon mari aussi d’ailleurs) de ne pas avoir de descendance. Je viens d’une culture où la famille est sacrée et par conséquent il est logique pour moi de fonder la mienne et puis j’aurai été bien trop triste de ne pas donner le bonheur d’avoir des petits-enfants à mes parents.

Je me repose peut-être égoïstement sur celles et ceux qui font le choix de ne pas avoir d’enfant parce qu’ils ont assez de courage et de convictions d’oeuvrer pour le bien commun. Je suis aussi probablement un brin optimiste en me disant que demain tout ira mieux. Je l’espère en tous cas. Mais bien que ce choix d’avoir un enfant est de prime abord contradictoire, cela renforce mes convictions et j’ai encore plus envie de changer les choses, de les améliorer à mon échelle.

J’espère que ce premier billet vous aura intéressé, dans tous les cas ça m’a fait un bien fou de coucher ces mots après des mois à garder le secret. Je vous retrouve bientôt dans un prochain billet dédié probablement à mon premier trimestre qui a été … haut en couleur !

Partager:
Article précédent Article suivant

Vous aimerez aussi

21 Commentaires

  • roxou06

    Super article 🙂 je comprends tout à fait ce que vous voulez dire quand vous parlez d’instinct maternel et d’impact écologique. Avec mon conjoint nous en discutons souvent car je n’ai pas non plus d’instinct maternel et actuellement, ma conscience écologique me bloque pour avoir un enfant… mais ce n’est pas parce que nous avons un mode de vie très écolo (0 déchet, pas de voiture, végétarien, militante dans une association de protection de la mer…) que nous sommes parfait et nous avons le droit d’avoir des failles. Il est vrai qu’il faut diminuer la population sur notre planète, mais si nous avions tous un seul enfant ce serait déjà très bien 🙂
    dans tous les cas, nous sommes tous libres de nos choix et personne ne doit juger personne !

    Je vous souhaite pleins de bonheurs 🙂

    15/05/2019 at 12:11 Répondre
    • Asmae

      Merci pour votre retour. J’ai lu cette phrase qui m’a fait le plus grand bien : si les personnes conscientes s’arrêtaient de faire des enfants, que se passerait-il pour les générations futures ? A nous d’éduquer nos petits êtres humains pour qu’ils soient les graines du changement de demain <3

      27/05/2019 at 14:20 Répondre
  • La Lauridienne (@lalauridienne)

    Coucou, je dois avouer que je partage totalement la deuxième partie de ton article.
    Je sais que le choix d’avoir un enfant sera un choix que nous ferons égoïstement mais en même temps, rien n’empêche d’élever son enfant en lui apprenant à protéger son environnement, à aimer la nature. 🙂

    15/05/2019 at 12:32 Répondre
    • Asmae

      Et ça fera un activiste de plus pour faire pencher la balance du bon côté 😉

      27/05/2019 at 14:20 Répondre
  • Melyssa

    Toutes mes félicitations ! Et merci pour ton article !
    Pour ma part, j’ai toujours rêvé d’avoir des enfants, et comme toi, je me suis aussi posée la question de l’impact écologique que cela engendre et surtout du monde que j’allais leur laissé.
    Cette réflexion m’a poussée à faire encore plus attention à manière de consommer ou de voyager afin de leur laisser la planète la plus vivable possible.
    Et puis il y a quelques temps je suis tombée sur cette phrase : « la question n’est pas seulement de savoir quelle planète nous allons laissé à nos enfants, mais surtout quels enfants nous allons laissé à notre planète ».
    Je suis une optimiste de première heure, je me rend bien compte que le monde qu’on leur laissera ne sera de loins pas parfait et idéal, mais je ferais de mon mieux, lorsque j’aurais la chance d’avoir des enfants, pour les outiler le mieux possible pour réagir face à ce adviendra et les sensibiliser au maximum pour qu’ils soient acteur du changement 🙂

    Je te souhaite une magnifique fin de grossesse & beaucoup de bonheur !

    15/05/2019 at 12:58 Répondre
    • Asmae

      Merci du fond du coeur et merci pour cette phrase si belle et pleine d’espoir <3

      27/05/2019 at 14:21 Répondre
  • Lucie - luucie_v

    Ah ça ce sont deux sujets qui m’ont également beaucoup questionnés…

    Bon tout d’abord, même si je l’ai déjà fait sur instgram, je te souhaite toutes mes félicitations pour cette si jolie nouvelle :)) C’est un très beau moment à vivre, on s’en rend compte souvent après, c’est marrant !

    Ici la petite poulette a 4 mois et en te lisant, je me reconnais à 1000%.

    L’instinct maternel, pour moi, ne s’est fait ressentir qu’après la naissance… ou du moins au fur et à mesure de la grossesse. Comme toi, je n’ai pas particulièrement d’affinités avec les enfants des autres, ça ne m’a jamais fait envie quand je voyais mes amies autour de moi devenir maman.

    En fait, ce n’était pas une fin en soi. Je suis une femme, une soeur, une fille, une épouse, une bosseuse… Bref, la fonction maman ne m’a jamais attiré plus que cela.

    Je pensais même jusqu’à peu de temps avant de prendre LA décision, que je n’en voulais pas. Si tu veux, pour faire simple, j’étais heureuse sans enfant. Je n’ai pas ressenti, comme tu le dis si bien, ce besoin au fond de mes tripes d’avoir un bébé.

    Et puis, comme toi… j’ai trouvé la personne, la stabilité et l’envie a commencé à germer… tout doucement…

    J’ai très bien vécu ma grossesse, sans pour autant être « gaga » (tu sais comme on peut en croiser, des femmes qui ne parlent que de ça, qui s’extasie à longueur de journées sur leur ventre qui s’arrondit). Mais ce fut un superbe moment. Vraiment.

    Le jour J est arrivé et voila la petite crevette qui rentre dans notre vie. L’amour et ce fameux instinct n’est pas inné selon moi… ça grandit, ça s’apprend, ça s’apprivoise… et aujourd’hui, je lui dis tous les jours à quel point je l’aime. Elle ressent tout, je lui explique tout !

    Sur le côté écologique, l’important est de suivre ses convictions. Si tu es une femme bio et écolo, tu seras une maman bio et écolo. Ton enfant aussi. Tu peux selon moi (et j’espère car c’est mon cas) avoir une démarche très écologique avec un bébé. Mais j’ai déjà écrit un gros pavé en commentaire alors je m’arrête là !

    Mais quel plaisir de discuter de tout cela. Autant il y a du monde pour te donner son avis sur tout et n’importe quoi pendant ta grossesse (te dire à quel point tu vas souffrir, à quel point tu vas grossir, à quel point tu vas être fatiguée, à quel point l’allaitement c’est bien ou pas bien… sur ce dernier point, je pourrai en écrire des lignes…) autant il y a peu de personnes avec qui tu peux échanger avec bienveillance…

    Aller cette fois, je m’arrête là… encore tout plein de bonheur à toi & à très vite 🙂

    Lucie

    15/05/2019 at 14:02 Répondre
    • Asmae

      Bonjour Lucie,

      Merci pour ton adorable commentaire qui me réconforte et me conforte. Je ne suis pas une femme enceinte gaga et je m’en voulais un peu pour ça. Mais comme tu dis ça doit probablement grandir en soit au fur et à mesure et peut être sommes nous des pragmatique qui ont besoin « de la voir pour le croire ».
      Merci pour tes mots encore une fois et à très vite <3

      27/05/2019 at 14:23 Répondre
  • Chaimae

    Hello ! Tout d’abord, félicitations ! Je suis très contente pour toi et j’espère que tout se passera pour le mieux 🙂

    Je partage totalement tes inquiétudes : peur de ne pas avoir d’instinct maternel et peur de tout ce qui se passe dans le monde. Quand je vois par exemple les stories de dearlobbies, j’ai tout sauf envie d’avoir un enfant. Par peur de ce qui pourrait arriver, par peur de ce que ça représente etc… mais ton billet, là, me rassure un peu et je voulais te partager ce sentiment ^__^

    15/05/2019 at 14:30 Répondre
    • Asmae

      Bonjour Chaimae,

      Merci beaucoup <3 ! Je comprends, on a l'impression que le monde se casse la gueule et qu'on en rajoute mais après plusieurs discussions je comprends maintenant que ce n'est qu'à moi d'éduquer ce petit être humain dans le respect de la planète pour en faire une petite graine d'un lendemain meilleur 🙂

      27/05/2019 at 14:24 Répondre
  • Mathiilde

    Premièrement Félicitations c’est une jolie nouvelle, et une belle aventure qui arrive ! Moi j’ai 27 ans j’aime les enfants cousi cousa haha c’est pas mon truc mais j’ai cru comprendre que ça arriverai peut être un jour comme tu dis et comme mon entourage le dit aussi ! En tout cas article intéressant !!!

    15/05/2019 at 16:02 Répondre
    • Asmae

      Merci Mathilde <3 ! Ton couci-couça m'a fait rire , je pense que tu sauras quand ça sera le moment !

      27/05/2019 at 14:25 Répondre
  • Justine

    Hello Asmae !

    Très bel article. Merci de partager ton expérience émotionnelle avec nous. Je trouve qu’on ne parle que très peu des femmes qui n’ont pas l’instinct maternel car la société a toujours établi que si tu es une femme, tu veux forcément avoir des enfants avant tout.
    En tout cas, je vais lire scrupuleusement chaque billet et te souhaite tout le bonheur du monde !

    Bises
    Justine

    15/05/2019 at 17:58 Répondre
    • Asmae

      Hello Justine,

      Merci infiniment ! Si cela peut faire déculpabiliser certaine femme alors tant mieux !

      À très vite

      27/05/2019 at 14:27 Répondre
  • Soniadelajungle

    Félicitations à nouveau ! Javoue que la partie écologie de ton article m a beaucoup interpellé par ce qu’on s’est aussi beaucoup posé la question avec mon mari pour notre premier bébé mais encore plus pour un éventuel deuxième… on est partagés entre la responsabilité écologique et l égoïsme de vouloir offrir la vie qu’on a eu a notre fils (avoir un frère, être une famille de 4 etc…). La réflexion qui nous fait relativiser et aussi nous sentir mieux (ouf haha) c’est de se dire qu’on élève un adulte de demain avec de fortes valeurs écologiques et qu’on fera le maximum pour qu’il ai un impact positif sur notre planète. Grossièrement on se dit que ça fera au moins un futur habitant de la terre qui aura une conscience écologique quoi…

    15/05/2019 at 18:11 Répondre
    • Asmae

      Coucou Sonia,

      Comme je te comprends ! Et je rejoins parfaitement ta pensée, éduquons nos enfants pour qu’ils soient des adultes responsables qui changeront les choses !

      27/05/2019 at 14:31 Répondre
  • Lutetia Flaviae

    Ohh !! Toutes mes félicitations ! Je suis sûre que tu vas être une mama qui déchire 😉

    15/05/2019 at 19:52 Répondre
    • Asmae

      Merciiii c’est adorable <3

      27/05/2019 at 16:23 Répondre
  • lunye

    Moi aussi je n’avais pas d’attirance particulière pour les enfants avant d’avoir le mien.
    Pendant la grossesse j’avais cru comme toi que ça y est, j’ai envie de pouponner, je l’aurai cet instinct, dès son premier cri.
    Puis à la naissance, désillusion : zéro instinct, cette chose avec laquelle je croyais être en fusion m’était en fait totalement étrangère.
    On ne nait pas mère, on le devient, et pas forcément tout de suite. Lorsqu’il avait 1 mois et demi, je me suis enfin surprise à chuchoter un premier « je t’aime » à mon bébé.
    L’instinct maternel porte donc mal son nom d’instinct.
    Bonne suite de grossesse !

    20/05/2019 at 22:29 Répondre
    • Asmae

      Merci pour ton commentaire hyper bienveillant c’est super intéressant comme point de vu et je suis sûre que cela en déculpabilisera plus d’une 🙂

      27/05/2019 at 16:28 Répondre
  • Billet de grossesse #2 : le premier trimestre - Take It Green

    […] Cette période assez compliquée qu’a été mon premier trimestre a duré jusqu’à la mi-février. Les six premières semaines de cette année 2019 ont clairement été un enfer. Le côté positif  d’avoir été clouée au lit est que j’ai réussi à engloutir l’intégralité de Friends et j’ai adoré ma vie à ces moment là haha ! Bon je n’ai évidemment pas pris un gramme, j’ai même perdu un kilo ou deux mais tous les voyants étaient au vert et c’était l’essentiel. Cependant même si physiquement je savais que j’attendais un enfant, je vous avoue que je n’arrivais toujours pas à concrétiser l’idée. Mon corps n’avait pas encore changé et je ne me projetais toujours pas. En fait, je crois qu’émotionnellement je ne réalisais pas, et les symptômes physiques étaient tellement prenants que je n’avais pas la force de commencer à nouer quelque chose avec le petit être qui se développait à l’intérieur de moi. Peut-être était-ce encore trop tôt, pas assez concret ? Je ne sais pas vous dire. Je me suis posée pas mal de questions. Et je me suis demandée si définitivement je n’étais pas dénuée de ce foutu instinct maternel. Peut-être ne s’éveillerai-t-il jamais ? (Vous pouvez lire mon premier billet à ce sujet ici). […]

    29/05/2019 at 11:25 Répondre
  • Laisser un commentaire ♡